Onglets


  • dimanche 25 juin 2017

    Une hutte en terre-paille

    AU printemps 2017 tout juste achevé, deux stages de formation en permaculture se sont enchaînés au jardin du Grand Jas (6 jours + 6 jours), l'occasion de faire une nouvelle brochette de rencontres bien sympas, de semer encore un peu de nos idées farfelues sauce beatnik, et de continuer à aménager le terrain dans la joie et la bonne bouillasse, avec, entre autres, l'apparition d'une nouvelle construction en terre-paille !


    Sur une ossature en fers à béton, branches de frêne et bambous installée sur des parpaings de récup' (qui isolent la construction des remontées capillaires et des petites inondations), on enroule et on compacte des "boudins" composés de terre extraite de la mare, de paille de blé (bio et locale), et d'eau. C'est le principe du torchis.

    En séchant, le mélange terre-paille craquelle pas mal car notre terre est très argileuse et qu'il fait très chaud, mais on peut passer à volonté un torchon ou une éponge mouillée pour resserrer les fissures.

    Puis on applique un enduit à base de terre, de tonte d'herbe fraîche et d'eau. On vous épargnera les détails mais la tonte d'herbe, en fermentant, permet le développement de bactéries qui polymérisent l'argile et rendent l'enduit extrêmement solide et relativement résistant à la pluie. C'est pourquoi aux quatre coins du globe et depuis la nuit des temps, on construit des maisons à base de terre, de fibres et de crottin de cheval, ou de bouse de vache ou d'éléphant...

    Nous aurions pu incorporer de la chaux dans cet enduit pour le rendre vraiment imperméable, mais nous préférons limiter l'utilisation de ce matériau qui demande l'extraction de calcaire de grandes carrières et sa combustion à environ 1000°C dans des fours à gaz ou électriques. Par ailleurs, la chaux est moins sympa à travailler que la terre car elle devient corrosive en contact prolongé avec la peau... et c'est pas sympa pour les stagiaires !
    A priori, nous utiliserons donc seulement un peu de chaux + cailloux pour colmater les espaces entre les parpaings et appliquer un badigeon (chaux + eau) sur la partie basse du dôme. Sur la partie haute que nous souhaitons garder couleur terre, divers produits naturels et hydrofuges seront utilisables en badigeon (à renouveler régulièrement) : huile de lin, blanc d’œuf, lait de vache ou encore savon noir.

    La fourmi de Juliette... ... et le soleil-escargot de Mélody

    Dôme, hutte ou kerterre, chacun l'appellera comme il l'entend. Côté fonctionnel, la construction servira à la fois de chambre grand luxe, voire de salle de réunion pour les petits comités, et de hutte de sudation inspirée du temazcal nord-américain. Le principe : on chauffe des pierres ou des briques, on les place au centre de la hutte, on les arrose pour produire de la vapeur et les personnes assises autour transpirent dans un but de soin (sur le principe du sauna). Pour cet usage, des couvertures seront installées pour fermer la porte et l'ouverture conservée au plafond pour aérer.

    À côté de la hutte, nous avons commencé la construction du four qui permettra de chauffer les briques... et pourquoi pas de cuire quelques pizzas à l'occasion !



    Nous tâcherons de mettre à jour cet article bientôt car, du 26 au 28 juillet, un stage d'écoconstruction devrait nous permettre de réaliser le torchis du four et d'avancer les enduits de la hutte.

    À suivre, donc...

    Et mille mercis à tou-te-s ceux et celles qui ont participé à ce chantier
    et ont apporté leur patte !

    2 commentaires:

    1. m.r.i.k
      Sauce beatnik c'est de l'autodérision ou de la clairvoyance ?! Quoiqu'il en soit ça m'a bien fait sourire !

      RépondreSupprimer
    2. Et l'on peut voir une vidéo sur ces constructions ? Pour en profiter et se laisser inspirer. Comptes-tu donner des plans et proportions à respecter pour réaliser ces 2 ouvrages soi-même chez soi ? Merci pour les réponses.

      En tout cas, félicitations pour ces embellissements

      RépondreSupprimer

    Pour toute question concernant les actions de l'association, veuillez plutôt nous contacter par mail.
    Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant ci-dessous, cliquez sur "Nom/URL" et entrez votre nom, ça ira très bien !

    Merci pour votre intérêt !